ESCARGOT

(Fantaisie retrouvée dans un carnet, sans date)

Qui es tu escargot, sorte de limace à la coque ?
Toi à qui je destinais cette prémonitoire comptine
« escargot de bourgogne, montre moi tes cornes ou sinon je dirai à ton père à ta mère qu’ils te coupent la tête »
Comptine prémonitoire d’un rêve rouge, tout rouge
De décollation généralisée.
Père mère de Bourreau
Prennent le tour de victime
À l’échafaud
Tous, à l’échafaud
Ils y allaient
Telles Carmélites de Compiègne
Ils y allaient
Moi la dernière
En perdant la tête ; je perdais la vue
Dignement
Avec effroi au temps de la Terreur, présent
Présent du rêve
Théorie infantile de la mort ?
Mourir c’est perdre la tête
C’est perdre aussi les cornes
Et tout ce qui pointe
Nous sommes tous des décollés potentiels
Escargot montre nous tes cornes
Toi qui a le pied dans le sexe
Le sexe dans le pied
Escargot, escargotte
Gogotte
C’est le pied
Mais rentre si tu veux en ta légère carapace
Tu n’es pas une limace
Et saches rire de tes parents
Car ils sont des décollés potentiels
Ne rentre pas tes cornes
Je ris
Escargot, errant des cimetières
Pèlerin sans but
Héros de la lenteur
Troueur des feuilles et des pétales dont nous ornons nos tombes jardins
Tu dévastes,
Intrépide et vorace
Les jardins des morts
Te moquant de nos consolations végétales
Ils sont bien morts
Les morts
Minéralisés
Tout passe