SUR LUC

Voici le roi des juifs

C’est écrit

Qui le croit ?

Un roi ?

Un messie ?

Un roi-messie ?

On se moque

Cloué sur une croix

Supplice des maudits

Entre deux malfaiteurs

Se meurt un errant intrépide

Un roi ça ?

Sans demeure et sans terre

Un roi raté

Un roi de carnaval

Le roi se meurt

L’absolu prend un tour

Jamais vu dans l’histoire

Un Dieu se meurt

Avec des hommes infâmes

Il peut bien être né au milieu des bestiaux

Dieu sans hauteur

L’un des brigands l’injurie

Comment ?

Il n’est pas comme lui

Replié en sa toute puissance ce roi

Un roi se sauve lui-même

Tout seul

Ou il n’est pas roi

Un roi sans potentat n’inspire que mépris

Inapte à la prière, trop fier pour demander

Orgueilleux

Le larron exige

Comme l’enfant mal élevé

Viens à ta rescousse et à la nôtre

Cri de pirate

Le larron presse son idole

A son image faite

Une machine à exécuter les ordres

Le divin est indisponible

Narcisse envieux

Et haineux

Dépité par la force d’inertie de Jésus

Malade du désespoir

Qu’il ne veut pas guérir

L’autre larron l’interpelle

Il invoque la crainte de Dieu

La crainte de Dieu

Non la terreur de sa puissance

-Dieu est faible petit et tendre-

Non la frayeur de sa justice

-Dieu est miséricordieux-

Non la peur d’un châtiment

-le jugement est miséricorde-

La crante de Dieu c’est la crainte de ne pas se laisser surprendre

Par le divin qui s’annonce

En cet homme échoué

Voué à l’échec

La crainte de Dieu

Donne le discernement du juste

Reconnaît en Jésus

Un juste

Juste non d’avoir observé

Les commandements des rabbis

Un juste de la résistance

Juste dans sa parole

Juste de résister par la parole

L’évangile

C’est tout un poème

En un vers recueilli

« Jésus souviens-toi de moi

Lorsque tu seras dans ton règne

A l’ultime

Le larron –en cela il est bon-

Se confie à la miséricorde de Dieu

Dans l »éclat de l’éclaire

D’où jaillit l’oraison

Sans représentation aucune d’une survie

même de lui-même

..

Pour moi aussi alors le larron invente

Une prière à Jésus

Une prière de Jésus

Souviens-toi de moi

Confiance dans la grâce

Parole alors du Christ

Une des dernières paroles

Une des sept dernières paroles

« aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis

Aujourd’hui

Sans attendre

Le présent prend le pas sr le futur

aujourd’hui

Sans purgatoire

Sans chemin spirituel

Le compagnon d’errance et de misère

Reçoit l’assurance

L’espérance

De vivre transporté en l’abîme de miséricorde

Porté au comble du désir du paradis

Nuit obscur des amants

De ce passage nulle représentation

De cette vie donnée

De cet être ensemble

De cette joie partagée

Un soupçon