DEVANT LA VIE

Sont regroupés ici quatre sortes de textes.

Ceux relatifs à la condition féminine, au rapport femme/homme, au couple, au mariage, à la famille ; ces thèmes, pour être souvent liés  n’en sont pas moins distincts. Les textes sont datés, ils correspondent à des étapes de sa pensée. Beaucoup ont été publiés dans des revues extrêmement diverses. Quelques-uns ont été trouvés dans des notes, tel celui qui réfléchit, avec toutes les nuances nécessaires au « couple sacerdotal » et qui remonte à l’année 1966 ou tel encore celui qui critique la notion de complémentarité entre l’homme et la femme, de 1976.

Les textes du deuxième groupe remontent aux années 1980.

La prise en main de la boutique de sa mère l’amène à réfléchir à la question des jouets et des jeux Comme à chaque fois que Marie-Odile découvrait un domaine elle s’y investissait  à fond. Le jour où elle découvrit Sade elle le lut en entier, de même Michel de Certeau, Kierkegaard et d’autres. Elle va faire le lien entre la pratique des enfants et l’anthropologie concernant la mimésis et le grotesque.

Le troisième groupe n’a pas besoin d’être longuement présenté. L’amitié constituait, si j’ose dire, son milieu de vie et l’amour entre la femme et l’homme devait en être empli, comme l’écoute du psychanalyste imbibée.

Le dernier ensemble de textes est un recueil que je nomme lectures. Après un spectacle qui l’avait saisi, ou une œuvre d’art, ou un livre marquant, elle éprouvait le désir d’écrire à leur propos, se laissant aller à sa fantaisie poétique ou à sa lucidité critique .La  préface à la Petite vie de Pascal que j’ai placée en tête de ce quatrième groupe de textes constitue le plus bel exemple de l’originalité profonde avec laquelle elle pénétrait une œuvre.